NR du 12 juillet 2017

Indre-et-Loire - Tours - Transports Deuxième ligne de tram : pressionavant le choix final NR du 12/07/2017 05:41

La deuxième ligne doit enregistrer 30.000 voyageurs par jour. Deux étudessupplémentaires doivent éclairer les élus avant le vote pour l’itinéraire, enseptembre. Tours et Saint-Pierre-des-Corps défendent leurs idées. Le tracé dela deuxième ligne du tram est-il à peu près décidé ? Bien possible, mais lesmaires de Tours et de Saint-Pierre-des-Corps espèrent que pas tout à fait,raison pour laquelle ils ont demandé des études supplémentaires. Lors de lacommission générale, réunie lundi à la Métropole, Marie-France Beaufils n'ad'ailleurs pas participé à un vote, le considérant inopportun tant que toutesles analyses n'ont pas été menées. Il était question de s'exprimer sur lapartie ouest, d'approuver l'idée de relier les deux hôpitaux. Un vote bienmoins important que celui prévu pour la rentrée : le choix de l'itinéraire decette deuxième ligne. Pour mémoire, 22 lignes différentes ont été passées aucrible avec une exigence liée à la fréquentation (30.000 voyageurs par jour) etau coût. La Rabâterie après le Sanitas et la Rabière ? Depuis des années,Marie-France Beaufils défend l'idée d'un axe ouest-est pour relier les deuxgares, Tours et Saint-Pierre-des-Corps. « La vraie question porte sur lechoix entre le passage par le boulevard Béranger ou l'avenue Jean-Royer. »La sénatrice maire plaide pour un itinéraire par les deux boulevards, Bérangeret Heurteloup pour « leur redonner de l'attractivité », et surtoutrejoindre l'avenue Jean-Bonnin à Saint-Pierre-des-Corps, passer par laRabâterie, le centre-ville, la gare TGV puis passer sous les voies ferrées pourrattraper les Atlantes, les Fontaines puis le CHU. « Nous avons àSaint-Pierre un quartier inscrit dans la politique de la ville, il faut fairepour lui ce qui a été fait pour le Sanitas à Tours ou la Rabière àJoué-lès-Tours », dit-elle. « Je ne comprends pas que tout n'ait pas étéétudié. Si je parle d'intermodalité à Saint-Pierre-des-Corps, ce n'est pas pourfaire plaisir. Mais parce que de plus en plus de personnes viennent à la gareet pas seulement du centre-ville de Tours, mais aussi des communesenvironnantes. Des chiffres déjà un peu anciens font état de 12.000 voyageurspar jour, dont environ 5.000 abonnés pour le TGV de Paris. » De son côté,le maire de Tours, Serge Babary, a aussi demandé un complément d'étude pourfavoriser le passage par le boulevard Jean-Royer. Mais le problème technique aété indiqué jeudi lors de la réunion publique du Comité de développement(Codev) : son étroitesse fait que si le tram passe, la circulation automobiledevient impossible. Le boulevard Béranger tient donc la corde du fait de salargeur (42 m). Les élus ont aussi l'air de vouloir faire de la gare un lieu deconnexion pour ne pas encombrer la place Jean-Jaurès. Après, comment rejoindreles Fontaines et le CHU ? Frédéric Augis, le vice-président des transports à laMétropole, se reconnaît l'instigateur d'un passage par la rue Édouard-Vaillant.Allez, encore un peu de suspense estival et en septembre, cette deuxième lignetant désirée sera connue. Il y aura des heureux (La Riche, Chambray), maisentre les deux, des déçus. Raphaël Chambriard